Chaque nuit, l’héritier du royaume s’échappe discrètement du palais pour vagabonder dans la citadelle. À quinze ans, Angelo utilise son imagination pour invoquer la magie et partir à l’aventure.

Lire la suite...

 
Visite
du château
 
Galerie
photos
 
Situation

 

 

Situé sur une élévation dominant la vallée de la Thur, entre Kruth et le village dont il porte le nom, le château de Wildenstein fut construit vers 1312, probablement par Pierre de Bollwiller, vassal du comte Ulrich III de Ferrette.

Un axe majeur

Dès le IXème siècle, les chaumes situées au-dessus de la vallée de la Thur sont le siège d'une vie pastorale intense, à quelques kilomètres de l'axe reliant Saint-Amarin au col de Bussang. Fréquentée dès l'époque romaine, cette route devint un axe économique majeur entre les Flandres et l'Italie du Nord après l'ouverture du col du Saint-Gothard vers 1220.

C'est pour s'en assurer le contrôle que pas moins de cinq châteaux furent édifiés, témoins de la rivalité entre les comtes de Ferrette et l'abbaye de Murbach : Vieux-Thann à la fin du XIIème siècle, Thann-Engelbourg autour de 1220-1230, Stœrenbourg-Waldstein avant 1235 sur le versant sud de la vallée à Mitzach, Friedbourg en 1277 (successeur d'un édifice plus ancien à Saint-Amarin), et enfin le château de Wildenstein au début du XIVème siècle.

En 1324, le comté de Ferrette passe dans les possessions des Habsbourg d'Autriche. Déjà ruiné au XVème siècle, le château est racheté en 1536 par l'abbaye de Murbach. Après 1552 et jusqu'en 1568, la forteresse est reconstruite, et probablement modifiée et agrandie. C'est à cette époque qu'est creusé le tunnel d'entrée.

La Guerre de Trente Ans

 Le 20 décembre 1631, l'Abbaye de Murbach donne l'ordre au gouverneur de Wildenstein de mettre en état de défense le château. La garnison se composait alors de 25 hommes. Un inventaire nous donne la composition de ce qui se trouvait au château : 6 arquebuses à double crochets, 14 mousquets, 1 longue-vue, 4 hallebardes, 200 boulets de fer, 10 quintaux de plomb, 3 tonnes de poudre, plus loin 20 quintaux de plomb, 2 quintaux de mèches, 10 quintaux de fer, 1/2 quintal d'acier, 20 pelles en fer, du charbon, 80 quarts de farine, 2 quarts de sel, 3 muids (804 litres) de vinaigre, 8 tonneaux de vin, du fromage, du foin et de la paille. L'abbaye ordonna d'emmener en plus des arquebuses, des mousquets et 500 boulets. L'avoine et les céréales devaient arriver de Saint-Amarin en cas de besoin. La garnison du château était portée à 150 hommes provenant principalement du baillage de Guebwiller. 

(D'après l'Abbé Behra, "Krüth und das Obere Thurthal", 1937)

L'abbaye de Murbach ne pouvant tenir la place sans aide extérieure, elle fait don du château au Duc de Lorraine en 1633. Malgré cela, les Français prendront le château en 1634. Repris l'année suivante par les Lorrains, il sera finalement investi par les Suédois, alliés du Roi de France, en 1646.

Une archive de 1693 nous indique que le château servit ensuite de carrière : des pierres de taille furent prélevées pour reconstruire l'église paroissiale d'Oderen et quelques maisons de Kruth, sonnant ainsi le glas du burg.

Depuis quelques années, le Conseil Général du Haut-Rhin et la Communauté de Communes de la Vallée de Saint-Amarin ont entrepris des travaux de consolidation de la ruine afin de la rendre accessible au public.

Visite du château

 

1.
2.
3.
4.

Marches en "pas d'âne"
Trace d'une poutre
Entrée du château
Tunnel

5.
6.
7.
8.

Tour
Basse-cour
Remparts
Ecurie

9.
10.
11.
12.

Logis et chapelle
Escalier
Plate-forme supérieure
Tour et remparts

 

Le tunnel qui permet d'accéder au château est en Alsace un exemple unique en son genre. Son entrée était protégée par une barbacane. Après quelques marches, on trouve un renfoncement sur la droite qui servait peut-être de loge pour le garde. Au centre du tunnel, juste avant l'ouverture qui débouche sur le précipice, on aperçoit un creux dans le sol ; celui-ci permettait de ralentir la progression des assaillants, qui étaient alors sous le feu des défenseurs de la tour. On peut aussi remarquer que le tunnel est courbe.

Le château est construit sur quatre niveaux. Dans la basse-cour, séparée du château par un mur, une grande carrière permettait l'extraction de pierres. Sur le deuxième niveau se trouvait l'écurie. La troisième plate-forme, celle de la vie seigneuriale, comportait, entre autres, l'habitation principale et la chapelle. Enfin, le quatrième niveau comprenait le chemin de ronde, l'accès à la tour sommitale, et peut-être d'autres habitations.


Bibliographie :
Sentier de découverte du Schlossberg, aménagé par le Syndicat Mixte d'Etudes, d'Aménagement et d'Exploitation du site du Barrage de Kruth-Wildenstein


© 2007 GreenTortoise.fr | Carte | Mentions légales | Contact